Le fil de la vie

J’ai l’impression que ce blog est condamné à des pauses d’un an… Il y a un peu plus d’un an, je le mettais de côté pour m’atteler à la course à pied, qui m’a tenue occupée jusqu’au mois de mars… Mais depuis mars, rien. En même temps, j’ai une bonne excuse (pour une fois!!): le bébé tant désiré a décidé de se pointer… Après quelques années à attendre, ça a été la surprise…

Du coup, plus de sport, plus d’effort, et en cette fin de grossesse, beaucoup de repos. Donc à nouveau du temps pour tricoter, crocheter… puis l’envie qui revient, de préparer des petites attentions pour l’alien qui pointera son nez dans moins de deux mois.

Voici un premier aperçu de ce que j’ai préparé: une veste Demne en 3 mois (parce que l’alien est très grand, il parait)…

Demne_01Laine: Pegase + Phildar Blanc. Boutons: La Droguerie

Il est très sympa à tricoter, mais il faut bien lire le patron avant (en anglais et français) car il se construit en plusieurs morceaux qui seront réunis à la fin… Du coup, il faut prévoir des grandes épingles pour mettre les mailles en attente!!!

Il me tarde que l’alien soit là pour lui faire essayer!!!

Bilan de la première semaine

Depuis une semaine, j’ai repris le sport un peu plus sérieusement. J’avais pratiquement laissé tomber depuis le début du mois de juin, lorsque nous sommes partis en vacances… 

Cette semaine, il y a eu trois sorties running et une séance de vélo elliptique à la maison. Je me dis que ce n’est pas mal: il faut juste continuer dans la même veine.

Le vélo, c’était simple: une séance de 25 minutes avec un parcours de profils alternés: plat, niveau moyen, plat niveau fort, plat… Rien de bien compliqué 

Le plus gratifiant reste quand même la course à pied: lundi, vendredi et dimanche. Avec une amie, nous avons commencé un parcours nouveau pour les deux premières sorties: un parcours de santé pas loin de la maison. Avec cette chaleur, c’est vraiment dur donc on arrive à peine à faire deux fractions de 10 minutes coupées d’une fraction marchée de 2 minutes. C’est un peu frustrant car avant les vacances, on courrait 27 minutes non stop, avec un peu de marche avant et après, histoire de s’échauffer et d’arrêter l’effort progressivement. En un mois d’arrêt presque totale de la course, j’ai perdu le peu que j’arrivais à faire. Cela doit être un signe du fait que l’acquis n’était pas vraiment acquis…

Dimanche, nous sommes retournées à notre parcours habituel: une piste cyclable dans les vignes. On a décidé de « pousser » un peu l’effort: nous avons fait deux fractionnés de 12 minutes coupés de deux minutes de marche. Sauf que lors du deuxième fractionné, à la minute 4, j’ai du ralentir car mes poumons ne tenaient pas le coup… Une trentaine de secondes après je reprenais pour achever le fractionné, mais ça reste frustrant quand même pour deux raisons: d’une, je n’arrive plus à faire ce que je faisais il y a un mois, et de deux, je n’aime pas laisser décider à mes poumons!

 

Cette semaine s’annonce moins sportive pour l’instant. On est mardi et je ne suis pas encore sortie courir, je n’ai même pas fait du vélo… Il va falloir se caser ça vite, et essayer de pousser un maximum dans le temps la coupure du fractionné, car je ne suis pas sure de réussir à faire les 27 minutes non stop… Je me demande quelle est la meilleure façon d’y revenir: faire ce que je peux, en une seule fois, et ajouter du temps au fur et à mesure, ou continuer les fractionnés, peut-être ajouter un troisième, même s’il est moins long?

 

Le top départ… le vrai?

1 an d’absence et enfin le courage d’y revenir.

35 ans, depuis quelques mois… et toujours mal dans ma peau. J’ai décidé de changer ça, de m’y atteler pour du vrai, de tester, de persévérer… Mais je me dis ça depuis toujours, donc il faut que je trouve la « formule » qui me fait tenir, qui garde la motivation à l’ordre du jour.

Puis j’ai pensé à ce blog, je me suis dit que ça pourrait être une façon de garder une trace de mon évolution, des échecs et des réussites. Que ça pourrait servir pour se rappeler lorsque la motivation défaille, peut-être même pour échanger avec des éventuels lecteurs qui auraient des conseils à donner, des expériences à partager… même des encouragements qui seront souvent nécessaires.

 

Donc l’heure du bilan a sonné: 35 ans, ça, on le sait. Mais 94.4 kg, ça, il y a que moi qui le sait (et mon médecin). J’hésite encore à l’écrire ici, parce que j’en ai honte, mais je me dis que c’est un passage obligé pour prendre conscience du travail à parcourir. Parce que c’est 94.4 kg pour 1m65… Ce qui veut dire, au bas mot, 30 kg en trop, depuis trop longtemps.

J’écris ces lignes et l’angoisse me gagne. J’ai envie de les effacer, comme d’effacer les kilos en trop qui me blessent tous les jours.

Je me demande comment faire? J’aime faire du sport mais je me laisse convaincre facilement par la petite voix dans ma tête qui me dit que j’ai d’autres trucs plus urgents à faire. En ce moment, j’essaye la course à pied. Pas évident pour une femme avec mes « handicaps »: le surpoids, l’âge et en plus, de l’asthme. Mais malgré la progression lente, ça me plait, donc on va essayer de continuer sur cette voie.

Un autre point à travailler: la nourriture. Je ne suis pas quelqu’un qui mange trop gras, ni trop de sucres, mais par contre, je mange des grosses portions, et surtout très vite, comme si quelqu’un allait m’enlever mon assiette. Il faut que j’apprenne à prendre mon temps, et ce n’est pas évident à mon âge!

Mais le point le plus dur, ça va être d’apprendre à m’aimer, à être indulgente avec moi-même, et me dire que je peux le faire, que je ne suis pas si nulle que je le crois…

Du coup, je vais essayer de bien me documenter, de faire des petits articles sur la course pour débutants, pour personnes en surpoids, apprendre à évoluer à mon rythme.

Le but de la semaine: deux sorties running, au moins. Reprendre après 1 mois sans beaucoup travailler, reprendre le « niveau » d’avant les vacances: 27 minutes de course avec marche rapide avant et après. On verra la semaine prochaine pour les 30 minutes!

Cronique du 1er mai un 2e mai


un tour au vide-grenier du quartier avec
les premiers rayons de soleil depuis 15 jours # une belle trouvaille
qui a hérissé le poil de l’Amoureux: un appareil photo argentique à
tester un jour… # une recette toute simple, toute saine, sur le blog
de Ma Cuisine et Vous #
des petits plaisirs chocolatés avec une « guinda » improvisés dans mes
tous nouveaux moules # jardinage en amoureux et sieste reposante

Dernier jour de vacances en douceur et en amoureux. La reprise fût
dure ce matin, avec le départ d’un bon collègue, mais les souvenirs de
la journée réchauffent le cœur!

Whoopie time!

En cette semaine de vacances dominée par la glandouille, je me suis enfin décidée à faire les Whoopie Pies dont j’en parlais à l’Amoureux depuis des semaines. J’avais même acheté presque tous les ingrédients qui attendaient sagement dans un placard.

La recette est tirée, pour cette fois, du magazine Gourmand nº 236, sorti en mars 2012, mais je ne suis pas tout à fait convaincue par le résultat.

Image

Les ingrédients de ces petits gâteaux:

Pour les biscuits: 210g de farine T65 ou T55 # 130g de sucre brun (ou 120g de sucre en poudre det 10g de mélasse) # 85g d’huile de noix de coco ramollie # 35g de cacao # 2 jaunes d’œuf # 1 c. à soupe de levure chimique # 2 pincées de sel

Pour la garniture: 100g de sucre glace # 100g de sirop de sucre de canne # 2 blancs d’œuf # 1 c. à café d’extrait de vanille # 2 pincées de sel.

La pâte: Préchauffez le four à th. 6/7 ~ 200º (Moi, je m’essaye à mon nouveau four et, pour l’instant, je fais trop cuire les aliments donc j’ai préchauffé à 195º). Mélangez la farine, la levure et le cacao. À l’aide d’un robot ou à la main (j’ai utilisé mon robot de brocante car l’huile de noix de coco est assez dur à mélanger si l’on ne le ramollit pas avant), battez énergiquement l’huile de noix de coco et le sucre brun, jusqu’à en obtenir une consistance crémeuse et aérée. Incorporez les jaunes d’œuf, puis le mélange de farine, le sel et 10cl d’eau, en continuant de battre jusqu’à obtention d’une pâte homogène.

La cuisson: Déposez des boules de pâte de la taille d’une grosse cuillerée à soupe sur une plaque de pâtisserie recouverte de papier sulfurisé (dans mon cas, pour cette recette prévue pour 20 pièces, soit 10 gâteaux complets, j’ai pris note de la mention « taille d’une grosse cuillerée à soupe » et, du coup, je n’ai eu assez de pâte que pour 12 pièces, presque la moitié; donc je vous recommande de ne pas faire de trop grosses boules mais, par contre, de bien faire attention à la forme, pour qu’elles restent rondes à la cuisson). Enfournez pour 8 minutes environ, jusqu’à ce que les biscuits soient bien gonflés et assez fermes (du coup, comme mes boules de pâte étaient trop grandes, j’ai dû ajouter quelques minutes de cuisson). Laissez refroidir ensuite.

La garniture: Battez les blancs d’œuf avec le sel et, quand ils commencent à mousser, versez peu à peu le sirop de sucre de canne (je n’en avais pas, puis j’aimais pas trop l’idée d’ajouter encore du sucre donc j’ai utilisé du Pulco Orange sanguine… miam!). Lorsque le mélange a doublé de volume, ajoutez petit à petit le sucre glace et la vanille sans cesser de fouetter, jusqu’à en obtenir une consistance homogène et mousseuse.

Le façonnage: À l’aide d’une cuillère ou d’une poche à douille, répartissez la garniture sur la moitié des biscuits puis surmontez avec le reste des biscuits.

Le gros inconvénient de cette recette reste la garniture. Je ne sais pas s’il est dû au fait d’avoir changé le sirop de canne, plus « épais » par du Pulco, mais malgré avoir battu très longtemps mon mélange et l’avoir placé au frigo en attendant le refroidissement des biscuits, la garniture reste trop liquide, pas assez consistante et, du coup, elle s’écrase sous le poids du biscuit. Résultat: elle s’étale et dégouline.

Dans tous les cas, l’Amoureux a trouvé son premier Whoopie Pie chiant à manger car dégoulinant, mais très bon. Ne s’agissant pas d’une garniture « classique » mais allégée à la française, il ne me reste qu’à trouver d’autres recettes plus appropriées =))

La meilleure récompense reste le sourire goulu de l’Amoureux en regardant le plat avec les 5 gâteaux restants 😉

Sport #2

J’essaye de me motiver tous les jours, je le jure, pour continuer d’aller courir. La semaine dernière, j’ai été bloquée à la maison pour cause de travaux et préparatifs anniveresques mais là, j’ai repris l’entrainement là où je l’avais laissé, c’est-à-dire, à la séance nº 1. Pas compliqué.

  • Programme d’entrainement: Réussir à courir 1 heure en continu, 2 séances par semaine sur 10 semaines.
  • Séance: Adaptation alternant des temps de course en endurance et des phases de marche active (2 min).
  • Commentaire:  Comme prévu, il s’agit du 2e essai pour la séance nº 1. Cette fois-ci, j’ai à nouveau fini la séance mais avec moins de triche: seulement deux fins de répétitions pas finies totalement. Je me donne une dernière « 1ere séance » et je teste la suivante…

La nouveauté pour cette séance, c’est que pour mon anniversaire, mes jolis amis m’ont offert un cardiofréquencemètre, histoire de savoir si je cours dans l’effort préconisé par entrainement.

Ma fréquence cardiaque doit se situer entre 60 et 70% de ma fréquence maximale pendant les périodes de courses, c’est-à-dire, entre 110 et 130 ppm. Autant dire que c’est impossible car ça revient à se promener… Voici les résultats après la séance d’entrainement, sur le CFM:

              • Durée: 40:47 min
              • FC moyenne: 160 ppm
              • FC maximale: 185 ppm

Donc beaucoup trop vite… Je me dis aussi que le calcul de la FC n’est peut-être pas super exact… Faudra regarder un peu mieux sur Jiwok!!!